SECURITE: KISANGANI EN PLEURE, LA LUCHA EXIGE LE DEPART DES AUTORITES EN PLACE.

Depuis quelques temps les Boyomais vivent dans une insecurité urbaine orchestrée par la multitude de groupes des délinquants (TOPAZ, Mexicains, KOSOVO, ZAIROIS, KATAMOTO, MBELIMBELI…) qui sèment la terreur sous l’œil des autorités tant civiles que militaires.

Dans la déclaration d’aujourd’hui de la Lucha sur la situation sécuritaire à Kisangani à la place des martyrs, dans la commune de Makiso, elle met en accusation le Gouverneur de la Tshopo ainsi que le maire de la ville de Kisangani pour somnolence sur le plan sécuritaire.

La lucha exige la démission du REDOC ANR, du maire de la ville et demande au Gouvernement provincial la mise à la disposition des services de sécurité des moyens appropriés pour qu’ils puissent accomplir parfaitement leurs missions.

Lisez l’intégralité de la déclaration en bas

La rédaction

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.