URGENT! ENFIN, LA JUSTICE ET L’IGF DANSENT AU MÊME RYTHME: LE PROCÈS CONTRE LES PRÉSUMÉS DÉTOURNEURS DES FONDS DESTINÉS À L’EPST S’OUVRE CE VENDREDI 5 MARS 2021 À MAKALA.

L’Inspection Générale des Finances gagne le pari, celui de traduire en justice tous les détourneurs des deniers publics où qu’ils se cachent.

Plusieurs congolais ont manifesté leur inquiétude sur le fait que l’IGF fait un excellent travail d’enquêtes sur des éventuels cas de malversations financières qui saignent le Trésor Public, malheureusement, aucun procès n’avait eu lieu, quand bien même que certains auteurs ont été identifiés et leur dossier transmis à la justice.

Désormais, cette inquiétude est révolue, le tout premier procès lié aux rapports dressés par l’IGF en connexion avec les présumés détournements des fonds destinés à la gratuité de l’enseignement, ayants conduits à l’arrestation de l’Inspecteur Général de l’EPST et du Directeur de SECOPE, s’ouvre ce vendredi 5 mars 2021 à partir de 9h00 à la prison de Makala.

Il faut noter que le fameux car de reportage de la RTNC est également annoncé au CPRK pour couvrir en direct ce procès qui vise à faire toute lumière sur l’utilisation des fonds de la gratuité de l’enseignement, cheval de bataille du Chef de l’État.

De sources concordantes affirment, par ailleurs, que le procès dans l’affaire Bukanga lonzo s’ouvrira également dans les tous prochains jours.

Manifestement, la justice qui semblait traîner les pas, s’active pour danser au même rythme de travail que l’IGF.

Le respect de deniers publics doit être une culture encrée dans l’ADN des dirigeants congolais car aucun pays ne se développe sans ressources financières conséquentes, ceux qui détournent l’argent du Trésor Public sont responsables de la misère du peuple congolais.

Détourner les fonds dédiés à la gratuité de l’enseignement de base est une circonstance aggravante qui mérite d’être sévèrement puni.

Avec l’ouverture de ce procès, juste avant la mise en place du nouveau Gouvernement du premier ministre SAMA LUKONDE, le Président de la République envoie un message fort de mise en garde contre ceux qui auront la charge de gérer les portefeuilles ministériels de se conformer à la vision de l’Union Sacrée qui se traduit, notamment, par la lutte contre la corruption.

Pour y parvenir, le Chef de l’État compte sur l’IGF et son intransigeant Chef de Service, Jules ALINGETE.

Rappelons que dans son rapport publié le 18 novembre 2020, l’IGF avait fait savoir qu’il existait des faux arrêtés antidatés de recrutement des agents et de création des écoles fictives, ainsi que l’explosion du personnel non enseignant au détriment du personnel qui preste régulièrement.

Hervé M.

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.