Félix TSHISEKEDI SE MET À DOS LES KINOIS ET CHOISI SON AMI NGOBILA.

Lors de l’inauguration de la mutuelle financière des femmes africaines pour soutenir l’autonomisation des femmes congolaises qui s’est déroulée le 08 mars au marché zigida dont avait pris part le Chef de l’État, Félix Antoine TSHISEKEDI, de milliers des Kinoises et Kinois qui se battent pour leur survis à travers le marché central de Kinshasa avaient interpellé le garant de la Nation, comme à Kinkole, de sanctionner le Gouverneur de la ville de Kinshasa pour avoir vendu à un privé, leur point de vente.

Le Président de la République, séance tenante avait promis de se pencher sur la question du marché central à la satisfaction des Kinoises et Kinois.

48h après, le Président de la République est allé s’enquérir de la situation, accompagné du Gouverneur de la Ville.

Après une brève visite de ce qui était le marché central appelé communément Zando, le Chef de l’État, a décidé de soutenir la position de NGOBILA qui avait fermé ce marché depuis l’année passée et chassé tous les occupants des pavillons.

Il faut souligner que lors du confinement de la Gombe, plusieurs commerçants avaient perdu leurs marchandises car l’Hôtel de Ville avait cassé les dépôts ainsi que les étalages des vendeuses et vendeurs qui étaient interdits d’accéder à la Gombe.

Félix TSHISEKEDI s’est contenté d’annoncer aux kinois qu’il y a environ une quarantaine d’années qu’il n’est plus jamais revenu au marché central, il y était pour la dernière fois quand il accompagnait sa mère au marché à son enfance. Il a regretté l’insalubrité qu’il a trouvé au marché, il n’oserait entrer au marché central, sinon, il tomberait malade.

Prenant la défense du Gouverneur, le Chef de l’État a décidé de confirmer la fermeture du marché, et d’attribuer séance tenante le marché de reconstruction à la société Sodema, non autrement identifiée.

Les nombreuses Kinoises et Kinois, qui espéraient que le Président allait accéder à leur réclamation de regagner leurs lieux de travail ont été déçu par le Chef qui a pris parti pour les privés.

Les Kinoises et Kinois se mobilisent à descendre dans les rues pour réclamer leur travail alors que c’est sur base duquel que plusieurs nourrissent leurs familles et subviennent à toutes les charges familiales par manque d’emplois.

En réalité, avant de casser ce qui existe, les autorités qui aiment leur compatriotes prennent d’abord le temps de construire un site d’accueil pour délocaliser les anciens occupants, ce qui n’a pas été le cas.

Face à un tel pouvoir autoritaire, la population n’aura que ses yeux pour pleurer ou résister.

Le Chef a été maladroit de lâcher qu’il n’oserait pas passer une journée au marché, sinon, il tomberait malade, déclare papa Mukubwa, un vendeur de Zando depuis 30ans, il estime que le Chef les a méprisé parce qu’il a grandi dans le luxe des supermarchés en Europe alors qu’eux qui y travaillent tous les jours sont en bonne santé et pourtant, ils paient régulièrement leurs frais de salubrité à NGOBILA qui n’assainnissait pas.

La rédaction

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.