Départ de MATATA PONYO du FCC, quelle suite pour le dossier BUKANGA LONZO ?

Depuis un certain temps, le mot « blanchisserie » est utilisé pour désigner l’Union Sacrée de la Nation, plateforme politique du Chef de l’État, Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO qui reçoit gracieusement tous « les repentis » du FCC, principalement, dans cette nouvelle dynamique mise en place pour dit-on, l’intérêt du peuple.

C’est dans ce contexte que tous ceux qui avaient des dossiers suspects ont préféré rejoindre le camp présidentiel pour se protéger et protéger leurs biens, souvent, mal acquis.

Afin de mieux cimenter les relations au sein de l’USN, le principe de pardon est accordé et celui de non stigmatisation est utilisé pour les nouveaux camarades.

Interrogé sur la suite à réserver au dossier Bukanga Lonzo étant donné que le principal ordonnateur des dépenses a quitté « le supposé », axe du mal pour l’axe du bien, l’Inspecteur Général des Finances, Chef de Service, Jules ALINGETE déclare que « l’IGF a déjà fait son travail et que c’est à la justice et au peuple congolais de réclamer justice pour, aussi bien le dossier BUKANGA LONZO, que tous les autres dossiers envoyés à la justice par l’entremise de l’IGF. »

Jules ALINGETE estime que « l’État de droit ne s’applique pas à une certaine catégorie des personnes mais à tout le monde quel que soit son rang social ou son appartenance politique, » a-t-il conclu.

Notons que le dossier BUKANGA LONZO est le plus important parmi tous les dossiers audités à ce jour par l’IGF, en terme de la hauteur d’argent qu’il implique, environ 300 millions USD sorties du Trésor Public pour un projet qui a lamentablement échoué. Sur ce, l’opinion attend impatiemment que ce dossier soit jugé pour que les responsabilités soient établies et que les coupables remboursent l’argent des contribuables congolais.

Hervé M

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.