Que se passe-t-il réellement avec les dossiers pour lesquels l’IGF avait rendu public des rapports avec pompe ? Tout semble bloqué.

En effet, la population congolaise a félicité le travail abatu par l’Inspection Générale des Finances, dans un temps record, elle avait pu découvrir des détournements vertigineux dans les dossiers du Parc Agro-industriel de BUKANGA LONZO, de la gestion des fonds alloués à la covid-19, les faux arrêtés au Ministère de l’EPST, la mauvaise gestion de la Province de l’Equateur, pour ne citer que ceux-là. Malheureusement, depuis ces annonces, silence radio.
L’inquiétude de la population commence à se faire sentir.

Des rumeurs folles circulent dans les réseaux sociaux faisant état d’arrangements obscures pour étouffer certaines affaires.

C’est ici le lieu d’appeler le Chef de l’État à la vigilance, son État de droit en danger. Certains dossiers transférés à la Cour Constitutionnelle et à la Cour de Cassation sont bloqués par une main noire, aucune interpellation. Les hauts fonctionnaires de l’EPST ont ils été sacrifiés au profit de leur hiérarchie qu’ils n’ont cessé de citer tout au long du procès ? Alors que tout le monde sait que s’il y a eu des faux arrêtés, ces derniers sont signés que par le Ministre.

D’aucuns se demandent si ces affaires ne sont pas diligentées parce qu’il y aurait notamment un ami du Chef de l’État et membre de son parti qui serait cité.

La population reste vigilante et attend avec impatience l’issue de ces affaires.

La rédaction.

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.