Depuis un certain temps, un malaise est observé au sein de cette entreprise publique qui peine à se relever depuis sa chute pour principalement mauvaise gestion.

Le Conseil d’Administration n’émet pas sur la même longueur d’onde que la Direction Générale, il lui a retiré sa confiance et un comité provisoire était mis en place, dirigé par le Directeur Martin LUKUSA chef de département des ports de Kinshasa.

Depuis sa nomination à la tête des ports de Kinshasa, Martin LUKUSA a sensiblement augmenté les recettes, il a instauré une discipline dans le service et amélioré les conditions de travail des agents et cadres sous sa direction. C’est à cause de ces exploits à la tête de son département que le Conseil d’Administration avait jeté son dévolu sur les compétences de ce Directeur de département chevronné.

Cependant, le Directeur du Cabinet du Chef de l’État, à la demande de l’Inspection Générale des Finances, a annulé la décision du Conseil et instruit abusivement le Ministre du Portefeuille de rapporter cette décision du Conseil d’Administration.

l’IGF a avancé la raison selon laquelle, la SCTP serait sous contrôle et que le changement à la tête de cette entreprise bloquerait leur mission.

Selon un expert contacté par la rédaction d’echo7.info la raison avancée par l’IGF n’est pas pertinente étant donné que lors que les animateurs sont mis en cause, il est d’ailleurs prévu une suspension provisoire pour que ces derniers n’influencent pas le déroulement des enquêtes, donc, prétendre que suspendre la Direction MABAYA bloquerait le contrôle n’est pas scientifique.

En outre, l’expert affirme que depuis la transformation des entreprises publiques, c’est le conseil d’administration qui nomme la Direction Générale et peut lui retirer sa confiance en cas des faits graves. L’immixtion du Dircab du Chef de l’État dans cette affaire est un abus d’autorité.

Par ailleurs, une délégation syndicale de la SCTP menace de déclancher une grève contre les affirmations propagées par la Direction Générale, dans une vidéo circulant dans les réseaux, faisant état des paiements des arriérés des salaires alors que les employés comptabilisent plusieurs mois d'arriérés.

La rédaction

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.