« On ne devient pas subitement trop riche juste après avoir occupé les fonctions ministérielles ou un Mandat Public », pourtant en RDC, c’est un cas très fréquent.

Les membres du Gouvernement et les Mandataires Publics  qui adorent être nommés mais refusent de rendre les comptes. Cela s’appelle, manquement au devoir de redevabilité et impunité.

Les gestionnaires publics doivent se soumettre promptement à des évaluations et des sanctions positives ou négatives conformément à leur prestation, l’avenir de la RDC pour, une bonne gouvernance, en dépend.

Cependant, il est étonnant de constater que les personnes qui ont conçu et géré le grand projet de Parc Agro Industriel de Bukanga Lonzo, ayant engloutit 300 millions de USD du Trésor Public arrivent à traiter la Justice Congolaise comme étant instrumentalisée lorsque tout simplement celle-ci s’intéresse à leur gestion alors que le peuple veut comprendre comment le pays a perdu une telle somme d’argent sans résultat palpable. Un peu de modestie.

Pendant ce temps, alors que la Justice Congolaise réclame le Sénateur MATATA PONYO pour l’entendre sur son implication dans la gestion du Parc de Bukanga Lonzo, ce dernier affirme qu’il se trouverait à Conakry en Guinée, au service de l’Afrique, l’opinion se demande alors si l’exercice de fonctions de Conseiller officiel d’un Chef d’Etat étranger n’est pas incompatible avec celles de Sénateur en RDC ? Pourquoi avoir cherché le poste de Sénateur pour sécher les plénières et aller en suite servir un pays étranger et continuer de jouir des immunités et des avantages financiers du Sénat Congolais ? Il y a un problème sérieux de moralité.

Comment se fait-il que le Président Bahati ait signé une autorisation de sortie permanente à un Sénateur pour travailler à l’étranger au lieu de travailler pour les congolais à moins qu’il soit un super congolais ?

La rédaction

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.