Des sources proches de l’Inspection Générale des Finances, la rédaction de echo7.info, apprend que cette institution est remontée contre les propos qu’elles qualifient d’injurieux et désobligeants des certaines personnalités congolaises. Elle exhorte les présumés criminels économiques cités dans l’affaire Bukanga Lonzo de garder leur calme car l’heure de la vérité approche où les Congolais seront au courant de la malhonnêteté de « l’intelligentsia » congolaise.

L’IGF estime que la Nation a droit aux explications sur la dilapidation de 300 millions de USD difficilement mobilisés par les régies financières.

Elle pense aussi que la bonne gouvernance a comme socle «  la redevabilité et le contrôle », les inquiétudes des congolais sur la débâcle de Bukanga Lonzo remontent de plus de 4 ans. Répondre aujourd’hui à ces préoccupations des congolais ne peut nullement être un fait politique.

Le respect des Institutions de la République ainsi que de la Justice de notre pays est une qualité à observer. Traiter la Justice de son pays d’instrumentalisée est un déni, une injure inacceptable qui frise l’outrage.

Par contre, l’IGF constate aussi une attitude positive de plusieurs incriminés dans ce dossier, ce dont elle encourage.

Eclairer la Justice sur un grand scandale financier dont on y a pris part fait aussi partie de la bonne gouvernance. La redevabilité oblige.

Par ailleurs, l’IGF fait savoir que l’interpellation de la justice est faite sur intime conviction du Parquet après recoupement des plusieurs sources d’informations et faits et non pas seulement sur base de son rapport.

Enfin, l’Inspection Générale des Finances affirme regorger des hauts cadres chevronnés qui méritent respect de la part des fossoyeurs patentés des Finances Publiques.

La Rédaction

By Echo7

One thought on “L’INSPECTION GÉNÉRALE DES FINANCES S’INDIGNE CONTRE LES PROPOS DÉNIGRANTS D’UN DES FOSSOYEURS DE BUKANGA LONZO.”
  1. il a raison de traiter ainsi l’IGF car leur enventure cible seulement les gens qui sont pas dans l’Union sacrée et où ils étaient ? S’ils doutent de cette opinion ils devraient diligenter une enquête populaire pour comprendre la perception de l’IGF qu’ont les congolais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.