MATATA PONYO est cuit. Au lieu de garder sa sérénité et attendre affronter la justice avec les éléments dont il dispose, le Premier Ministre MATATA PONYO a opté depuis quelques mois, pour la stratégie de désinformation et de bouc émissaire afin de créer une confusion dans l’opinion publique sur sa participation active et principale dans le projet BUKANGA LONZO.

En effet, il y a peu, le Premier Ministre MATATA PONYO s’est déchargé de toutes responsabilités liées à la conception, la mise en œuvre, la gestion et le contrôle du projet BUKANGA LONZO. Aussi, il a rejeté la responsabilité à ses Ministres, notamment celui de l’agriculture et développement rural, Jean Chrysostome VAHAMWITI pour le choix du prestataire AFRICOM COMMODITIES.

Se sentant personnellement visé, étant le Ministre d’agriculture dans le Gouvernement MATATA 1, pendant que se mettait en place ledit projet, la réplique de VAHAMWITI ne s’est pas fait attendre, elle vient mettre définitivement fin à une aventure de mauvais goût, entreprise par MATATA PONYO, celle de la diabolisation de ses anciens collaborateurs, la justice congolaise et surtout sa bête noire, l’Inspection Générale des Finances.

Cet ancien Ministre, copie de la lettre en appui, dénonce le mensonge de son ancien Chef, il rappelle que le 10 février 2014, il avait reçu, sous le sceau « URGENT », une correspondance du Premier Ministre qui lui informait que AFRICOM s’était proposé d’assister le Gouvernement dans la gestion du Parc Agro-industriel de BUKANGA LONZO et par la même occasion, il lui transmettait un projet de contrat confectionné par son cabinet pour les avis et considérations et la durée lui imparti pour répondre était tout juste de « 24h ».

Un mois plus tard, le Directeur du Cabinet de MATATA PONYO, lui demandait de designer un expert pour participer à une mission organisée par la Primature en Afrique du Sud en vue de vérifier les commandes des équipements du parc Agro-industriel de BUKANGA LONZO achetés par le gouvernement auprès des fournisseurs Sud Africain et l’usine de production d’engrais TRIOMF RDC.

Cependant, MATATA PONYO affirmait qu’il y avait une mission d’experts pour la vérification des capacités techniques et financières d’AFRICOM qui avait portée son choix sur cette entreprise. C’est qui est totalement FAUX, affirme le Ministre, car il avait, à cet effet désigné son Directeur du Cabinet pour effectuer cette mission et attendait qu’à l’issue de cette visite, qu’il y ait un processus régulier de passation des marchés publics.

Au regard de différentes correspondances et des déclarations du Ministre, les questions que l’ont peut se poser légitimement est de savoir :

  1. qui avait élaboré le projet de contrat de gestion d’AFRICOM, les cartes d’aménagement du site de BUKANGA LONZO, le Business plan?
  2. Avec quel sérieux le Ministre d’agriculture pouvait analyser tous ces documents cités au point 1 en 24h, alors que plusieurs centaines des millions de dollars américains étaient en jeu ?
  3. Qui avait signé les bons des commandes des matériels et équipements agricoles achetés alors que le Ministre de sectoriel n’était pas informé ?
  4. À quel moment, la commande a t-elle était effectuée alors que c’est seulement dans une période de 1 mois soit du 10 février 2014 quand le Premier ministre transmet le contrat au Ministre d’agriculture au 12 mars 2014 quand le Directeur du Cabinet SELE YALAGHULI informe le Ministre que les équipements ont déjà été commandés et prêts à être inspectés par les experts congolais?
  5. Pourquoi le processus de passation de marché public n’était pas respecté tel que proposé par le Ministre d’agriculture ?
  6. Qui avait commandé l’usine d’engrais qui était en construction ?

Seule la justice pourra nous aider à répondre à ces six questions afin identifier l’auteur des détournements du projet BUKANGA LONZO.

Avec cette réplique du Ministre d’agriculture, le détenteur de la vérité tel « Justin BITAKWIRA » au procès KAMERHE, l’ancien Premier Ministre et ses journalistes achetés devraient se taire définitivement jusqu’au procès. L’IGF et notre Justice doivent être respectées car les soupçons portés contre MATATA PONYO sont avérés.

L’opinion attend du Sénat la convocation urgente de la plénière en vue de lever les immunités du Sénateur MATATA pour qu’il réponde des graves accusations portées contre lui.

La tension monte dans la capitale Kinoise, le Mouvement Congo en-Avant, initiateur de la campagne « le peuple RÉCLAME JUSTICE » ayant mobilisé plusieurs milliers des jeunes pour manifester devant les parquets généraux près la cour de cassation et la cour constitutionnelle, a demandé, une fois de plus, à ses membres de se mobiliser pour un sit-in devant le Sénat afin d’obtenir la convocation de cette plénière qui tarde pour des raisons obscures, certaines personnes parlent de tentative d’achat des consciences à coût élevé.

La rédaction

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.