Dans une correspondance adressée aux Inspecteurs Généraux des Finances en mission d’encadrement dans les Entreprises du Portefeuille de l’Etat, L’INSPECTION GÉNÉRALE DES FINANCES invite ses contrôleurs d’empêcher les paiements des avantages illégaux dont se faisaient bénéficier les PRÉSIDENTS DES CONSEILS D’ADMINISTRATION , LES COMMISSAIRES AUX COMPTES ainsi que les ADMINISTRATEURS.

Elle demande que les DG qui auront fait des tels paiements ainsi que les bénéficiaires soient considérés comme passibles de « DÉTOURNEMENTS DE DENIERS PUBLICS » et traduits en JUSTICE .

L’Inspection Générale des Finances rappelle ainsi le respect des dispositions légales n’autorisent pas les paiements des émoluments, des soins médicaux, des primes diverses, de crédits véhicules et autres avantages, à l’exception de JETONS DE PRÉSENCE pour les mandataires passifs.

L’INSPECTEUR GÉNÉRAL DES FINANCES, CHEF DE SERVICE Jules ALINGETE a déjà sensibilisé la JUSTICE pour qu’UNE RÉPRESSION EXEMPLAIRE soit faite à l’endroit des contrevenants. Renseigne une source de l’IGF.

Cette mesure légale a créé inquiétudes chez les mandataires habitués à percevoir un droit « mal acquis ». Ces derniers se coalisent pour combattre Jules ALINGETE qui se prendrait pour « le Sauveur » des finances publiques congolaises et fils du père, « Félix Antoine TSHISEKEDI ».

La rédaction

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.