C’est la décision prise par la Cellule de crise mise en place à GOMA après l’éruption du volcan Nyiragango le samedi 22 mai dernier et rendue publique par le Gouverneur Militaire du Nord-Kivu, le Lieutenant Général NDIMA.

Le Gouverneur militaire motive cette décision par le dernier rapport fourni par les experts de l'observatoire Volcanologie de Goma, qui a observé l'existence de magma en activité, en dessous de certains quartiers urbains et du lac Kivu. Ce magma peut surgir à tout moment sans aucune autre forme d'alerte, à la suite de plusieurs centaines des tremblements de terre observés en l'espace de trois jours.

Ces populations sont évacuées obligatoirement vers Saké, au moyen des véhicules des humanitaires, dès la nuit du mercredi à jeudi.

Le Gouverneur Militaire appel la population à la vigilance extrême et à quitter les quartiers en danger. Il redoute une catastrophe encore plus grande avec un probable mélange du volcan et du gaz méthane contenu dans le lac.

Il sied de rappeler que le samedi dernier en début de soirée, le volcan Nyiragango avait fait éruption, heureusement qu’elle n’avait pas atteint le centre urbain de Goma, mais qui a causé la perte de 30 personnes.

La rédaction

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.