L’élite congolaise, si c’est ainsi qu’on peut toujours l’appeler, est celle qui floue le petit peuple en lui volant toutes ses richesses pour assurer une vie des princes à leurs enfants.

En effet, les politiciens congolais, dont la plupart de ceux qui se sont présentés sous le label de « technocrates » sont parmi les premiers pilleurs des deniers publics. Ils chantent la bonne gouvernance et crie à la stabilité du cadre macroéconomique à longueur des journées, ils parlent des chiffres et des indicateurs macro, ils utilisent des graphiques qui n’ont rien à voir avec la réalité des Finances publiques, en réalité, ils sont, en bande organisée dans les circuits financiers de la République, les champions en détournements des deniers publics. Ils constituent un clan.

Ils savent multiplier les projets qui entraînent les dépenses énormes du Trésor Public, mais en réalité, ils sont dans la quête des prétextes pour détourner les deniers publics.

Pour un projet de 100Fc, ils s’arrangent pour encaisser dans leurs poches 80Fc et juste 20Fc dans le projet, tel est leur modus opérandi.

En ces 8 dernières années, ils ont pu empocher impunément plus de Un milliard de dollars américains :

  • 300 millions de USD du projet BUKANGA LONZO
  • 70 millions de construction de 1000 écoles, y compris l’école de 4 salles de classe de Kimbanseke qui avait coûté 5 millions USD,
  • 17 millions de USD des terrains municipaux,
  • 10 millions de passerelles du blvd Lumumba,
  • Plusieurs centaines de millions de USD dans les fausses exonérations, les cartes Visa tirées sur le compte du Trésor, la construction de l’immeuble intelligent sans parking, la réhabilitation des immeubles royales inachevés, les bateaux Kokolo, l’achat des épaves pour Congo Airways, bus transco, etc…

Décidément, la RDC à connu la plus grande prédation de son histoire, oeuvre de ces chantres de la bonne gouvernance et du cadre macroéconomique. « Plus de 1 milliard de dollars américains détournés par le clan BUKANGA LONZO, auquel s’associent maintenant les PCA des Entreprises Publiques pour se liguer contre celui qui a osé arrêter leur jouissance et leur bourgeoiserie, il s’agit bien de Jules ALINGETE, Chef de Service à l’IGF ».

Voilà pourquoi le peuple réclame la fin de l’impunité et ne cesse de féliciter l’IGF pour leur avoir ouvert les yeux sur les réalités masquées d’un clan des voleurs de la République.

La rédaction

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.