Le Chef de l’État Félix TSHISEKEDI était poussé à rompre avec son ancien partenaire du FCC, pour notamment, blocage d’exécution de ses décisions.

Cependant, d’enormes pesanteurs dans les sphères décisionnelles de l’Etat continuent de bloquer les décisions prises solennellement par le Chef de l’État devant la Nation.

Tenez, alors que le Président de la République, Chef de l’Etat avait, en Conseil des Ministres, instruit pour que les mesures conservatoires urgentes soient prises à l’endroit des mandataires Publics impliqués dans la mauvaise gestion des établissements Publics et Entreprises du Portefeuille de l’Etat, trois semaines plus tard, rien n’a été fait.

Les responsables de l’OCC, CEEC, BTC, CONGO AIRWAYS, FPI, ARCA, INPP, SNEL, REGIDESO et la CNSS concernés par la mauvaise gestion sont toujours en place.

À en croire plusieurs sources, les membres du Gouvernement qui devaient proposer les intérimaires dans le cadre d’une concertation avec la Présidence et la Primature traîneraient les pieds en boudant, pour des intérêts inavoués.

Quand on sait que la corruption et les détournements dont les mandataires sont auteurs, ont plusieurs bénéficiaires qui se retrouvent dans les arènes du Pouvoir, on comprend très vite.

Si rien n’est fait, cette attitude digne de SABOTAGE va fragiliser le PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE et entêter les detourneurs des fonds publics face aux contrôles de l’INSPECTION GÉNÉRALE DES FINANCES.

On rappelle que c’est ce mode opératoire qui a toujours été en place dans les régimes passés et qui a engendré le RÈGNE DE L’IMPUNITÉ, par voie de conséquence, LA MISÈRE DE TOUT UN PEUPLE.

L'opinion publique s'interroge pourquoi le Premier Ministre, chef du Gouvernement ne prend pas les mesures appropriées contre les Ministres de son Gouvernement, alors qu'il est en face d'une insubordination étant donné qu'il les avaient instruit il y a deux semaines de lui transmettre en urgence les propositions en rapport avec les instructions du Chef de l'État.

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EST APPELÉ À TAPER DU POINT SUR LA TABLE contre les membres du Gouvernement de l’UNION SACRÉE hostiles au CHANGEMENT, notamment les Ministres du PORTEFEUILLE ( pour CONGO AIRWAYS), le Ministre des MINES ( pour le CEEC), le Ministre de COMMERCE EXTÉRIEUR ( pour l’OCC), le Ministre de l’INDUSTRIE ( pour le FPI ), le Ministre des ITPR ( pour le BTC), le Ministre des FINANCES ( pour l’ARCA) et le Ministre du TRAVAIL et PRÉVOYANCE SOCIALE ( pour la CNSS).

La rédaction

By Echo7

One thought on “RDC entreprises publiques : Les décisions du Chef de l’État sabotées par ses propres Ministres de l’Union Sacrée.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.