Le dossier BUKANGA LONZO est toujours pendant devant le Procureur Général près la Cour Constitutionnelle. Cependant, MATATA PONYO est décidé à ne pas y répondre.

Invité à deux reprises, MATATA PONYO a préféré répondre par un communiqué de presse dans lequel il estime qu’il ne peut pas répondre des faits lui reprochés dans le dossier BUKANGA LONZO du moment que la plénière du Sénat avait rejeté la demande du Procureur Général, formulée dans un réquisitoire.

Ses avocats vont plus loin en affirmant que le rejet de la plénière vaut pour toute la législature et donc MATATA ne peut être entendu avant 2023.

C’est une aberration pour d’autres juristes, MATATA PONYO n’a plus d’immunités il peut être poursuivi pour toute autre affaire judiciaire et aucune disposition légale ne le met à l’abri pour toute la législature.

L’opinion ne comprends pas pourquoi MATATA PONYO ne profiterai pas de cette occasion pour laver son nom dans ce dossier qui le colle depuis bien longtemps. Surtout, dans la mesure où il a toujours affirmé que c’était un dossier vide et rempli des mensonges.

Si MATATA PONYO était réellement convaincu de son innocence dans le dossier BUKANGA LONZO, il ferait mieux de faire face à la justice et démonter un à un tous les 8 mensonges de l’IGF sur ce dossier, tel qu’il l’avait affirmé dans les médias et les réseaux sociaux. Ça devrait être très facile comme dossier.

Par contre, MATATA PONYO semble avoir choisi les dilatoires pour échapper à la justice sur le dossier BUKANGA LONZO. Alors qu’il avait trouvé un arrangement avec le parquet, celui de la main levée de sa résidence surveillée contre sa disponibilité à répondre à toutes les questions de la justice. Il a rompu cet accord en refusant de répondre.

Entre-temps, il tente de quitter le pays pour des soins appropriés contre un empoisonnement qui ne passe pas au sein de l’opinion.

La rédaction

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.