Le processus de désignation du Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante semble inquiété l’opinion par la tournure qu’elle prend.

En effet, les huit confessions religieuses se sont réunies afin de désigner le successeur de Corneille NANGAA à la tête de la CENI, cependant, après deux tentatives, les violons ne semblent pas s’accorder.

L’église catholique et l’église de Christ au Congo souhaitent imposer leur volonté aux autres confessions religieuses, rapporte Dodo Kamba.

La pomme de discorde, le luba, Denis KADIMA KAZADI, candidat CENI porté par 6 confessions, dont les évêques n’en veut pas à tout prix.

Depuis l’année passée, lors de la première tentative de désignation du Président de la CENI, les évêques catholiques avaient rejeté la candidature de Denis KADIMA, pour une question tribale, étant de la tribu luba de la même province d’origine que le Président de la République Félix TSHISEKEDI.

C’est dans ce même ordre d’argument que les évêques catholiques ont bloqué à la dernière minute le candidat le mieux expérimenté dans le domaine électoral.

En 2020, la CENCO avait retiré son candidat EBOTOKO parce qu’il ne faisait pas le poids devant Ronsard Malonda. Il est curieux, que les évêques soient encore revenus avec EBOTOKO en 2021. S’il n’a pas su faire le poids devant Malonda, il ne le ferai surtout pas devant Denis KADIMA qui est une référence congolaise mondialement reconnu en matière électorale.

Logiquement, les évêques catholiques n’ont pas des raisons objectives contre Denis KADIMA, c’est pourquoi, ils jouent à la carte de diversion. La charte des confessions religieuses définie deux modes de désignation d’un président de la CENI, d’abord et non exclusif le consensus de bonne foi, à défaut, c’est un vote transparent dont chaque confession dispose d’une et une seule voix.

Malheureusement, les catholiques et l’ECC n’ont pas voulu passer au vote, après l’échec du consensus. La démocratie veut que chacun s’exprime librement, en âme et conscience, c’est en usant de cette liberté que les deux confessions ont refusés de participer au vote, les six autres confessions, ont elles aussi, usées de leur droit démocratique en votant pour un candidat Président de la CENI.

Réunis, ce mardi 3 août 2021, autour de la question de la CENI avec les cadres du Mouvement Congo en-Avant, MCA en sigle, son Président Kas KASONGO, affirme qu'aussi longtemps que la procédure a été bien respectée (dépôt libre des candidatures, présélection par l'équipe technique, audition des candidats présélectionnés, recherche de consensus autour de 2 candidats, et enfin le vote), et que la loi de la majorité est celle qui régit un vote démocratique, de ce fait, le PV dressé par les six confessions majoritaires ne doit souffrir d'aucune discrimination, par conséquent, l'Assemblée Nationale ne peut que l'entériner.

Pour le MCA, la candidature de Denis KADIMA avait franchi plusieurs étapes des filtrages avant d’atteindre le dernier tour, si elle posait problème, elle ne serait pas arrivée à ce niveau de sélection, conclut Kas KASONGO.

Il faut noter qu’un rapport de non consensus a été déposé à l’Assemblée Nationale par le Président UTEMBI de l’église catholique tandis qu’un PV a été déposé par six confessions religieuses avec les noms de deux représentants des confessions religieuses désignés parmi les animateurs de la CENI, dont un Président, Denis KADIMA KAZADI.

La rédaction.

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.