Le 13 mai 2021 Jules ALINGETE décidait de mettre fin à la vie de pacha des mandataires publics qu’il accuse de coûter cher aux entreprises et établissements publics, qui sont, par ailleurs en situation difficile, avec des émoluments faramineux qui va à l’encontre des règlements de la République.

Par une correspondance adressée aux inspecteurs généraux des finances en mission auprès des entreprises publiques, l’IGF, Chef de Service, les instruisaient de mettre fin aux primes et avantages indus, payés aux mandataires publics actifs et non actifs. Jules ALINGETE a mis fin aux émoluments mensuels des membres des Conseils d’administration, des commissaires aux comptes ainsi que tous les avantages notamment les crédits véhicules, primes de bilan, etc, qui ne sont pas légaux, seuls les jetons de présence devraient désormais constituer la seule rémunération des administrateurs.

Cette décision avait suscité la colère des présidents des conseils d’administration des entreprises et établissements publics dont de la Regideso, Snel, Ceec, ogefrem, Occ qui se sont solidarisés contre Jules ALINGETE et le 31 mai 2021, ils avaient saisi le Conseil d’État pour avis sur la terreur de cette décision.

Ce 03 novembre 2021, le Conseil d’État vient de trancher, les mandataires publics non actifs n’ont droit qu’aux jetons de présence. C’est un véritable Knockout qu’à infligé le suprrflic Jules ALINGETE à tous les PCA qui voulaient sa tête.

En effet, un groupe des personnes s’est constitué depuis des années en bloc des prédateurs pour dévorer les finances publiques à tous les niveaux, c’est ainsi qu’ils se sont accordés, au détriment des populations, des émoluments faramineux.

Grâce à la rigueur de l’IGF, les finances publiques ne seront plus les propriétés des individus mais plutôt de la communauté toute entière.

La rédaction

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.