Il y a quelques mois, un homme politique de la RDC, poursuivi par la justice pour détournement de plusieurs centaines de millions de dollars américains, après enquête de l’IGF, prevenait devant les étudiants d’une Université de la capitale, ce qui suit : « la lutte contre la corruption mange ses propres fils », fin de citation.

En effet, il n’a pas fallu longtemps pour que le surnommé « monsieur anticorruption du Président Félix TSHISEKEDI » vérifie la véracité des propos cités ci-haut. Jules ALINGETE a été la cible de plusieurs attentats déjoués par les services de sécurité, quelques personnes seraient aux arrêts à l’instant même.

Après avoir subit des menaces verbaux, des messages et des appels anonymes, certaines personnes gênées par l’intransigeance de Jules ALINGETE ont résolu de l’éliminer physiquement.

Chose qui ne fait pas peur « le superflic » car dit-il, tout le monde mourra bien un jour et son jour sera celui que Dieu aura choisi.

Interrogé à ce sujet, Jules ALINGETE affirme qu’il s’agit d’une peine perdue que de chercher à le faire taire car tous les inspecteurs des finances et la population congolaise ont désormais pris conscience, ils continueront le combat contre le détournement, la corruption et l’impunité, la machine est déjà lancée.

Les enquêtes sont en cours pour identifier les commanditaires, les personnes arrêtées commencent à livrer certaines informations aux enquêteurs.

La population congolaise dans son ensemble apprécie le travail effectué par l’IGF qui est devenu le symbole même de l’État de droit.

Qui veut la tête de Jules ALINGETE ?

Cette réponse trouvera bientôt sa réponse chez les enquêteurs, toutefois, ça ne sera pas loin des personnes exposées par les contrôles de l’IGF.

La rédaction

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.