Dans un communiqué de l’Inspection Générale des Finances, dont une copie a atterri à la rédaction d’echo7.info, le Chef de ce service déclare qu’il ne faut jamais jouer à la médiocrité en prenant des mots prononcés dans un cadre d’élégance pour les mettre dans un autre cadre et en donner une fausse interprétation. C’est aussi ça la médiocrité de la classe politique congolaise, regrette Jules ALINGETE.

Et de renchérir, que l’IGF « réaffirme le contenu de sa lettre et n’a jamais reconnu un dérapage quelconque si ce n’est qu’une compréhension erronée et farfelue du Ministre de Portefeuille ».

Et a l’IGF de conclure, qu’elle estime que les vraies raisons de la résistance du Portefeuille à sanctionner les mandataires publics défaillants se trouvent dans la complaisance et le refus d’accompagner le Chef de l’État dans sa lutte contre l’impunité.

La rédaction

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.