Les informations concordantes font état d’une bagarre à la présidence de la République entre deux proches du Chef de l’État, Taupin Mukengeshayi et Vidiye Tshimanga. Le premier étant l’assistant principal du Chef de l’État et le second, Conseiller Spécial du Chef de l’État en charge des stratégies.

Il ressort des informations recoupées par votre rédaction que Vidiye Tshimanga avait sollicité et obtenu du Président de la République, une rencontre dans la soirée de mercredi passé, le Chef de l’État a pris soin d’informer la sécurité et autres proches, sauf son assistant principal Taupin.

Lorsque Vidiye Tshimanga est annoncé à l’OUA à l’entrée principale, l’ordre serait donné de le laisser entrer car il avait effectivement un RDV avec le Chef.

Contre toute attente, une fois arrivée jusque devant la villa du Chef de l’État, Taupin l’a intercalé, lui refusant l’accès sous prétexte qu’il n’était pas au courant de cette visite car la présence de ce Conseiller Spécial à côté du Chef de l’État serait interdite depuis quelques mois.

La discussion est devenue houleuse entre les deux, jusqu’en venir aux mains comme dans un film de kung fu, des pères des familles et surcroît, proches collaborateurs du Chef de l’État ont préféré esquisser quelques coups, jusqu’à être séparés par la garde du Chef de l’État.

Ces derniers avaient été interdits de quitter le site, jusqu’à ce qu’ils ont été auditionné sur procès verbal. La décision du Chef de l’État serait toujours attendu pour connaître le sort qui leur sera réservé.

Les querelles sont devenues récurrentes dans le pré-carré du Chef de l’État, des camps se sont formés dans l’environnement immédiat du Chef de l’État, l’opinion publique s’inquiète de la sécurité du Chef de l’État et demande à ce que les instances habilitées fassent cesser ces pratiques très improductives contre le pouvoir Tshisekedi, car dit-on, une maison divisée ne prospère pas.

La rédaction.

By Echo7

2 thoughts on “Bagarre à la cité de l’OUA : Voici la raison”
  1. C’est la conséquence de faire profiter des postes à ses proches sans miser sur l’expérience professionnelle.
    Du coup, on ne s’imagine pas qu’il des pratiques qu’on ne peux même pas oser faire lorsqu’on est dans l’entourage d’un Président de la Republique. Il revient au President de punir très dure pour servir d’exemple.

    1. C’est une honte ! La Présidence de la République un lieu sacré qui mérite respect et non la profanation. Alors, les gens qui se permettent de se battre ou de se quereller en cet endroit sont les ennemis du Chef de l’État. Ils font celà pour humilier et tromatiser le PR ainsi que pour lui attirer les critiques des méchants. Prière à son Excellence de les remplacer par les non conflictuels et respectueux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.