Il est génial d’avoir un père qui a écrit son histoire dans les annales de son pays, de sa province, de son église et surtout de sa famille ! Savez-vous ce que l’on dit :  » Tel père, telle fille » ? Il est toujours agréable de parler d’un patriarche qui a servi les siens d’un esprit plein d’altruisme élevé.

Nous avons l’honneur de vous relater le parcours du révérend LUNTADILA; un parcours élogieux à en croire. Il était le tout premier secrétaire général de l’église Kimbanguiste. Le révérend LUNTADILA NDALA ZAFWA est né en 1934 à Kisantu au Congo-Belge devenu RDC , et décédé le 05 mai 2014.

Après son baptême catholique, pendant la colonisation belge, il prendra le prénom de Lucien, certains l’appeleront Papa ou Mbuta Papa par influence du nom grec de papa DOPOLOS , auprès de qui son père travaillait. Il était marié à la révérende LUKEBAWO NKIAMAWETE Jeanne pendant 57 ans, il a eu des filles (parmi elles, Belinda LUNTADILA ) et des fils dont neuf encore en vie.

Son nom est connu du monde oecuménique comme l’un des artisans de la libération du culte Kimbanguiste au Congo-Belge, entre 1955 et 1959. Il fut parmi les rares secrétaires généraux de l’église à assumer pendant très longtemps ses fonctions administratives aux côtés du troisième fils de mfumu Simon Kimbangu, son éminence Diangienda Kuntima, le premier chef spirituel du Kimbanguisme. Les liens de travail qui les unissaient, les réflexions qu’ils partageaient et l’organisation de l’église structurée par eux, ont a jamais scellé leur histoire la structuration administrative du Kimbanguisme, depuis août 1955.

Qui était réellement le révérend LUNTADILA NDALA ZAFWA ?

Nous pensons utile de sélectionner quelques points nécessaires pour que sa dimension spirituelle , morale et humaniste soit bien comprise par les contemporains et les générations à venir. Il a commencé ses études primaires chez les frères des écoles chrétiennes catholiques de Gombe-Matadi. De là, il a éprouvé l’envie de devenir frère ou prêtre catholique. Cette aspiration le conduit au noviciat chez les frères chrétiens de Tumba, en 1950. C’est bien là que les frères lui donnent en plus le prénom de JEAN-CLAUDE.

Pendant sa scolarisation à la mission catholique de Tumba, dans la province du Kongo-Central, le jeune Luntadila Lucien Jean-Claude se révolte contre une publication en défaveur de Simon Kimbangu. Sa négation au contenu du périodique  » SIGNUM FIDEI » des frères lassaliens lui coûte son renvoi de l’école. Ce qu’il convient de noter sur tel passage de la vie est que les hommes éveillés, apparaissent toujours comme témoins gênant face aux esprits qui, cachent la vérité pour raisons d’intérêt. C’est dire, que l’esprit de contact du révérend LUNTADILA avec les grands acteurs sociaux d’obediences diverses, de son époque est un atout l’ayant permis de l’épanouir.

C’est pourquoi, la personnalité de l’honorable révérend va être remarquable au cours du temps. Homme de paix et serviteur des autres, il a donné sa vie dans le secours des vulnérables et a fait sien l’adage suivant : 《 Je m’aide en aidant les autres.

Pour son implication dans la non-violence, il a reçu le prix Ambassadeur pour la paix monde. Le jeune Luntadila était un fervent défenseur des kimbanguistes. Étant employé à la population noire à Léopoldville actuellement Kinshasa, il découvre des rapports et des adaptes de Simon Kimbangu. Par action personnelle, ses intentions seront de les défendre en adressant des correspondances incendiaires aux autorités administratives avec le timbre (en-tête) de son service d’État.

Telle ténacité révélait sans doute son statut de chef. Pareille évidence se comprend dans son cas, parce qu’il était déjà et effectivement chef coutumier, intronisé par son grand-père dès sa jeunesse. Il a appris de celui-ci la résistance devant un étranger sur les terres de ses ancêtres. Le révérend Luntadila présente un esprit de contact dans la société.

Et étant épris pour défendre des adaptes de Simon Kimbangu par voie épistolaire, il résout de rechercher un des fils de ce dernier en vue de mieux s’informer sur le Kimbanguisme. Son oncle Mfoko lui indique à peine la résidence de JOSEPH DIANGIENDA sur Monkoto à Ngiri-Ngiri. Cela sufissait pour sa première rencontre avec le fils de Simon Kimbangu. Elle s’effectue, en août 1955, vers 15H. Le jeune fonctionnaire Luntadila découvre que la personne visitée n’était pas inconnue de lui. Tous les deux emprentaient le même bus du service. Ainsi avait-il passé 41 ans d’affilée au poste de secrétaire général de l’église Kimbanguiste.

Le révérend Luntadila a effectivement eu une vie chargée de nobles actives et fonctions, à savoir : Secrétaire Général de l’Eglise kimbanguiste, 1956-1997 ;  Sénateur, 1964 ;  Représentant de l’Eglise kimbanguiste à l’Assemblée constituante de Luluabourg, en 1964 ;  Membre du Comité central du MPR, entre 1980 et 1990 ;  Représentant régional de la Croix-Bleue ;  Président de l’Union Paysanne du Zaïre, UNIPAZA, en sigle ;  Promoteur de l’Institut Universitaire D’Etudes et de Formation en Développement, déjà cité, depuis 1982 ;  Président du Comité de Développement au Zaïre, CODEZA, plate-forme des structures de développement catholiques, protestantes, kimbanguistes, etc. ;  Membre du Conseil d’Administration de l’UNIVERSITE DU BAS-ZAIRE, 1985 ;  Fondateur du Fonds de Promotion pour Enfants en Difficultés, FOPED en sigle, le 10 septembre 1990 ;  Représentant Légal 1er Suppléant chargé de l’éducation chrétienne au sein de l’Eglise kimbanguiste, entre 1997 et 2000 ;  Président du Collège national des Représentants légaux en RDC, 2000 et 2003 ;  Membre de la délégation des acteurs politiques et de la Société civile à Sun City, 2002 ;  Député national, 2003-2005 ;  Conseiller au Mouvement pour la Défense du Kimbanguisme, MDKI en sigle, 2003 ;  Fondateur de l’Institut Africain de Recherche pour la Paix  Fondateur des Editions CEDILU et de l’Alliance d’Intellectuels et de Chercheurs et Sympathisants Kimbanguistes, AICSKI, en 2005, Président sectionnaire de l’ASSANEF/Ngombe-Matadi, depuis 2007 jusqu’à son décès. Ce tableau n’est pas exhaustif.

Je sais que sa lucidité dans le domaine de l’administration ecclésiastique a fait de lui un homme de contact de Son avec les autorités catholiques, protestantes, politiques, diplomatiques, du Conseil œcuméniques des Eglises, COE, etc. Ainsi recommandait-il à tous ses interlocuteurs que le collaborateur du chef devrait être avec son chef et dans son chef. Cette formule lui permettait de regarder dans la même direction que son chef et d’éviter tout abus de confiance. De ce qui précède, il convient de souligner que cette illustre personnalité était ouverte et sans discrimination sociale. Il savait rapprocher différentes personnalités religieuses, politiques, culturelles et scientifiques à une cause qui, pour certains, ne pouvait trouver consensus.

Cette diversification d’instructions supérieures acquises nous révèle sans doute que le Révérend LUNTADILA NDALA ZAFWA était un universitaire. Il aimait la science classique. C’était pour argumenter ses points de vue dans la communauté des intellectuels. De toutes ces actions rappelées ci-haut, menées sous la direction ou avec la participation du Révérend LUNTADILA, il convient de mettre un accent sur son œuvre que l’IUEFD. Il apparaît parmi les rares personnes qui, après une formation universitaire dans une filière donnée, ont réussi à introduire au pays une institution aussi rare auparavant. En 1982, il l’a fait au profit de la jeunesse congolaise. C’était d’abord à Kinshasa, dans le bâtiment de l’actuelle Université Simon Kimbangu, USK, sur Bongolo. Après avoir acquis la concession dans laquelle il a déterminé de son vivant le lieu pour son repos éternel, disons qu’il avait eu une ingénieuse idée d’y placer un Institut de développement, lequel a déjà produit plusieurs fruits opérant dans l’administration publique ou privée, voire dans les organismes internationaux.

En outre, il a laissé deux projets a exécuter au cours du temps : d’abord, le processus de transformation de l’IUEFD en Université de développement et d’excellence Révérend Luntadila, UDERL en sigle ; Et celui de bâtir un complexe scolaire Révérend Luntadila, CSRL en sigle et second projet consiste, dans son chef, à venir en aide aux enfants en difficultés, principalement les orphelins et enfants abandonnés à leur triste sort. C’est cette âme de bon père qui a caractérisé sa vie. C’est ici le vrai sens de cette maxime de Tel père, telle fille.

Nous sommes fier d’avoir sa fille comme notre candidate au poste de gouverneur du KONGO-CENTRAL. L’héritage du révérend LUNTADILA NDALA ZAFWA est bien conservé et surtout utilisé à bon escient ! Avec la fille du révérend LUNTADILA au faîte du gouvernorat l’avenir du KONGO-CENTRAL est assuré et rassuré.

Tous nos remerciements à la famille LUNTADILA pour nous avoir permis de consulter (une sorte de) la biographie du patriarche LUNTADILA NDALA ZAFWA Lucien Jean-Claude.

Activiste, Penseur et Notable Mingiedi Mbala N’zeteke Charlie Jephthé.

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.