En ce jour commémoratif mondial, nous avons contacté de la candidate au poste de gouverneur du Kongo-Central madame Belinda LUNTADILA NZUZI pour la journée internationale des sages femmes, qui a accepté de nous donner son point de vue quant a ce, malgré ses multiples occupations pendant cette période des élections des gouverneurs et vice-gouverneurs.

La confédération internationale des sages-femmes a retenu comme thème pour cette année : « TROUSSE À OUTILS ET RESSOURCES POUR LE PLAIDOYER ».
Et la déclaration de l’UNFPA pour cette année est : » Les systèmes de santé mondiaux doivent investir dans les sages-femmes ».

C’est la raison pour laquelle la proposition de Loi de la création de l’ordre des sages-femmes de l’honorable député Eliezer Ntambwe arrive à point nommé: « la défense, l’honneur et l’indépendance de la profession de la sage-femme comme l’une des missions de l’ordre ».

Madame Belinda LUNTADILA que pensez-vous du métier des sages-femmes en cette date de la journée internationale des sages-femmes ? Surtout concernant les sages-femmes du Kongo-Central ?

Sage-femme, ce noble métier qui donne la vie:
Journée Internationale consacrée à ces femmes et même ces hommes qui consacrent leurs vies à aider la femme à devenir mère.
Ce métier sur lequel l’attention devrait être portée pour mieux outiller les professionnels du secteur à exécuter leur travail dans des conditions sanitaires assurant la sécurité tant de la mère que l’enfant ou des enfants.

Sage-femme ou aide accoucheuse, vu comme un simple métier est plutôt un de plus important car accompagnant la femme enceinte avant,pendant et après l’accouchement.

Ce n’est pas pour rien que l’OMS a dénommé ladite profession “SAGE-FEMME”. Dans notre Province du Kongo Central, ce métier est important mais les territoires manquent les moyens nécessaires pour la prise en charge adéquate car beaucoup n’ont plus la maîtrise des outils traditionnels comme le faisaient nos mères et grands-mères.

Et avec la modernisation, outre les outils traditionnels, il est nécessaire de renforcer les sages-femmes pour éviter des morts infantiles, la non préparation à l’accouchement et à la prise en charge des nouveaux-nés. Une médication de proximité et un renforcement des capacités au métier sont donc requis.

La rédaction

By Echo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.